AccueilMa ville

Saint-Chamond d'hier... a demain

Le nom de la commune viendrait de Saint Ennemond, évêque de Lyon et Martyr au VIIème siècle qui mourut assassiné en 657. Le nom de Saint Ennemond est devenu Saint Annemond, Sanchemond puis Saint Chamond.

La commune s’est développée surtout au pied de la colline de Saint Ennemond.

En 1563, Christophe entreprend la construction des bastions du château.
En 1590, Jacques de Miolan, gendre de Christophe, fait terminer les fortifications et bastions du château. En 1601, il fait entreprendre la construction du couvent des Capucins au bout du jardin du château.

montdragon

Mais son essor le plus important se fera par la volonté de Melchior Mitte de Chevrières qui accède à la Seigneurie en 1606.

Couvents des capucins

La première moitié du XVIIème siècle est l’âge d’or de la ville de Saint Chamond avec l’essor du moulinage, de la rubanerie. Cette renommée est appuyée par la personnalité internationale de Melchior Mitte qui dote la ville d’édifices publics et religieux. Melchior embellit le château, érige l’église Saint Pierre et Sainte Barbe sur l’autre rive du Gier, construit le couvent des Capucins sur la colline, aide à l’installation du couvent des Ursulines,  construit l’église Notre-Dame et ouvre la place Marquise (actuelle place de la Liberté). Avec sa belle-mère Gabrielle de Gadagne, il finance la construction du couvent des Pères Minimes qui est l’actuel hôtel de ville.
 

En 1638, la première fabrique de rubans est fondée. A partir de 1655, l’industrie de la soie prend un essor considérable. Les années 1675 -1676 sont prospères pour l’hôpital qui s’enrichit des legs successifs du curé Brossy.

A la fin du XVIIème siècle, la commune comptait 5 000 habitants. On les appelait les « Couramiauds » ou « Moniots ».

Les Barrages

Le barrage de la Rive

 

 Construction de 1866 à 1870  Le barrage de nos jours
 
barrage de la rive 1866 1870
 
barrage de la rive de nos jours

 Durant le XXème siècle, l’essor industriel de la ville s’accompagne d’une explosion démographique et d’une immigration importante venue d’Italie, d’Espagne, d’Arménie, des Pays de l’Est et de l’Afrique du Nord. Il devient donc urgent de reconfigurer la ville et de construire des habitations nouvelles ainsi que des équipements structurants.

Le Barrage du Piney

 Construction de 1954 à 1955  Le barrage de nos jours
 
barrage du piney de 1954 à 1955
 
barrage du piney de nos jours

Le quartier de la Boucherie est démoli. Le Gier et le Janon sont recouvert pour permettre le passage en pleine ville de la liaison autoroutière entre Saint Etienne et Lyon.

L’année 1964 est celle de la réunion des communes de Saint Chamond, Izieux, Saint-Julien et Saint-Martin-en-Couailleux. Cette idée n’était pas nouvelle car plusieurs tentatives ont déjà eu lieu en 1811, 1817, 1819 et 1822 sans succès. L’arrêté du 9 mars 1964 concrétise cette fusion et la population de la nouvelle commune de Saint Chamond atteint 37 692 habitants.

Le Barrage de Soulage

 Construction de 1968 à 1970  Le barrage de nos jours
 
barrage de soulage de 1968 à 1970
 
barrage de soulage de nos jours

L'Hôtel de Ville

En 1792, le couvent des Minimes, déclaré bien national, est acheté par la municipalité pour y installer la mairie.

Couvent des minimes

 

L'industrie

Si au XIXème siècle la métallurgie a connu un essor considérable à Saint Chamond, le XXème a été celui des aciéries sur la commune.
En effet, les commandes sont abondantes et les usines fonctionnement jour et nuit pour fabriquer des lingots de toutes dimensions en acier, des moulages en fonte, des châssis d’automobiles emboutis et surtout du matériel complet d’artillerie de terre et de mer.

Aujourd’hui, bien que certaines grandes entreprises comme le Giat aient fermé, le tissu industriel Saint-Chamonais est composé de 575 entreprises (hors commerces) et 1050 entreprises (commerces compris).

La commune a de nombreux atouts : elle est située entre la ville et la campagne ; elle possède un patrimoine intéressant ; elle est dotée de 42 écoles de la maternelle au lycée ; elle a un tissu associatif important composé de 695 associations.

Elle a surtout un futur au potentiel important avec les grands projets en cours :

La requalification du site des Anciennes Aciéries de Saint Chamond :

Idéalement situé entre Lyon et Saint Etienne, aux portes du Parc Naturel Régional du Pilat et à deux pas du centre ville de Saint Chamond, ce site de 45 hectares a été classé d’intérêt communautaire par Saint Etienne Métropole. Il est appelé à devenir un quartier mixte durable qui accueillera des activités économiques, commerciales, des services, des loisirs et de l’habitat. Elle a surtout un potentiel important avec plusieurs zones économiques et des espaces à réinvestir. 

Anciennes acieries de saint chamond

Le site comporte :
- 5 hectares à construire cessibles en lots de 5 000 m² à 15 000 m² ;
- 50 000 m² de shon à développer ;
- 5 hectares de parc urbain ;
- 5 000 m² de bureaux ;
- 38 000 m² de locaux d’activité disponibles ;
- 45 hectares de projets.

nouveau site acierie
 

Renseignements et expositions :

Maison du Projet
1 rue de Saint-Etienne
04.77.22.45.39