AccueilVie CitoyenneLe budget

Le budget de la collectivité

BUDGET 2016 - OBJECTIVITÉ ET AMBITION

Le mardi 15 décembre 2015, le Conseil Municipal a adopté le budget primitif de la Ville pour 2016.

Présenté par Régis Cadegros, Premier adjoint chargé des finances, il traduit les ambitions de l’équipe municipale pour construire le Saint-Chamond de demain.

Ce budget 2016 a été construit selon quatre orientations fortes :

  • Stabilité du taux des taxes communales dans une période de baisse des dotations de l’État
  • Baisse des dépenses de fonctionnement
  • Hausse de l’autofinancement
  • Progression des dépenses d’équipements (+12%).

C’est globalement dans un contexte de crise des finances publiques qui conduit l’État ou d’autres financeurs à de plus en plus de restrictions envers les communes, qu’élus et services ont bâti ce budget 2016.

Ainsi, la Dotation Globale de Fonctionnement (ou DGF la principale dotation de l’État) est en diminution par rapport à l’année dernière.

C’est une perte de 1 million d’euros que la Ville subit par rapport à 2013.

img evo dgf

La municipalité a également décidé, comme en 2014 et 2015, de ne pas augmenter les taux d’imposition.

«Nous avons fait le choix d’une gestion saine de bon père de famille qui, lorsque ses revenus baissent, préfère réduire ses dépenses» explique Régis Cadegros.

Si la commune n’a pas augmenté ses taux d’imposition, la hausse des bases et l’élargissement du périmètre imposable font que mécaniquement les recettes attendues soient en progression.

De même, l’élévation de diverses reversions de partenaires permettent à la Ville de disposer d’une enveloppe recette plus importante.

Une baisse importante des dépenses de fonctionnement

De gros efforts de gestion ont été réalisés permettant à la ville d’afficher des dépenses réelles en nette baisse par rapport au budget précédent.

Les charges à caractère général, c’est à dire le train de vie de la commune, ont été réduites de près de 6%.

Un gain d’environ 600 000 €, soit l’équivalent de 4 points d’impôts a pu ainsi être dégagé cette année.

Des économies réparties sur :

  • Les achats de fournitures (-4,44%)
  • Les fluides: eau : résolution de fuites d’eau, fermetures de compteurs (-6%)
  • Les carburants (-9%)
  • L'électricité-énergie (- 1,7%)
  • Les locations autant immobilières que mobilières (compresseurs, nacelles, photocopieurs…)
  • Les primes d’assurance,
  • Les frais de réception et d’affranchissement.

Recherche d'économie d'abord

Les efforts notamment portés sur la diminution des dépenses, ont donc permis de dégager un autofinancement appréciable.

Il s’élève pour cette année 2016 à 5,6 millions d’euros (+ 1,4 million, une progression de l’ordre de 32%).

Pour la première fois depuis de nombreuses années, l’autofinancement progresse de façon importante.

C’est un élément primordial pour la Ville, car il représente la capacité de la commune à investir sans avoir recours à l’emprunt d’une part, et permet de conserver une marge de manœuvre au regard du risque de baisse des dotations de l’État dans les années à venir d’autre part.

Stabilité des subventions aux associations

Dans un contexte de réduction des dépenses, de baisse des dotations, la Ville a choisi de maintenir le montant des subventions aux associations.

C’est un effort considérable que nous assumons.

Ce choix prouve notre volonté de soutenir le mouvement associatif.

Nous envisageons cela comme un partenariat avec les associations.

Elles ont besoin de la Ville et la Ville a besoin d’elles.

C’est pour cela que nous avons décidé de conserver un volume financier important de subventions» explique avec conviction Régis Cadegros.

Au total, les subventions ordinaires avec les mises à disposition approcheraient les 2,2 millions d’euros, soit une progression de 0,5%.

Près de 8 millions d’euros d’investissement

img budget page 15

Le travail effectué ces derniers mois a donc permis de dégager un autofinancement prévisionnel en hausse.

Cette augmentation de l’épargne se traduit par une augmentation de 12 % par rapport à l’année dernière des dépenses d’équipement.

Ces investissements sont inspirés par les grandes priorités définies par l’équipe municipale :

  • Redynamiser le centre-ville et les commerces : réaménagement de la place Saint-Pierre,

img place saint pierre

  •  démolition de l’ancien foyer Barra
img foyer barra
  • Etude sur la rue de la République, subventions façades étendues au centre-ville, enfouissement des réseaux aériens sur la place de la Liberté.

  • Favoriser l’accueil et la création d’entreprises : poursuite de diverses acquisitions foncières et immobilières avec utilisation du droit de préemption pour les commerces et les logements.
  • Lutter contre l’insécurité et proposer à la population des services de qualité et performants : renforcement de la vidéo-protection avec l’acquisition et l’installation de nouvelles caméras, divers travaux de voirie, de réduction de vitesse sur certains axes et mise en sécurité de rues, mise en sécurité et rénovation complète du centre nautique Roger-Couderc, travaux à la Maison des sports avec un réaménagement intérieur et création d’un espace convivialité, poursuite des travaux d’accessibilité, des jardins ouvriers et des pistes cyclables.

Le site de l’Hôtel-Dieu est également concerné par des aménagements d’importance.

Récemment acquis par la ville, l’ancien bâtiment qui accueillait la CPAM va être démoli, libérant ainsi un grand espace à deux pas de la place Saint-Pierre et ouvrant la perspective sur le magnifique bâtiment de l’Hôtel-Dieu.

Ce dernier fera l’objet d’une étude pour le regroupement sur le site de plusieurs associations afin de créer un pôle associatif.

Enfin, divers investissements sont prévus, notamment pour la climatisation des crèches (une salle par structure), la réparation du plafond de l’église Saint-Pierre, la reprise des sols de la maison des associations solidaires, la réfection de cour d’écoles (Debussy et La Chabure), reprise du carré des enfants au cimetière, développement de la fibre optique…

img plafond eglise st pierre